Un musée du saké à Kyoto : le GEKKEIKAN OKURA

Pas de commentaire
Saviez-vous qu’au Japon, il existe environ 2 000 brasseries de saké ou nihonshu ? Gekkeikan est une de ces brasseries et possède également un musée retraçant son histoire, vieille de plus de 370 ans et qui appartient toujours à la même famille depuis ses débuts, la famille Okura, mais vous permet de voir comment se fabriquait traditionnellement cet alcool de riz.

Une histoire bien ancrée puisque le fondateur de cette brasserie est Jiemon Okura qui a fondé la brasserie Kasagiya en 1637 à Kyoto car la région est particulièrement réputée pour la qualité de l’eau, d’ailleurs le quartier dans lequel se trouve la brasserie est Fushimi qui signifie « abondance des eaux souterraines ». Un nom de brasserie qui a changé des siècles plus tard, en reprenant le nom d’un des sakés de la maison : le Gekkeikan. La maison Gekkeikan est donc une des brasseries les plus anciennes du Japon, toujours en activité et a même été la marque de saké la plus populaire durant de longues années, au point qu’elle a l’honneur de fournir la Maison Impériale. C’est une des informations que vous pouvez découvrir dans le musée à travers quelques bouteilles que vous pouvez voir sur place. D’ailleurs ne soyez pas étonné si l’aspect de la bouteille vous semble différent puisque les bouteilles envoyées à l’Empereur n’ont pas la même étiquette que celles commercialisées au grand public ! Sachez d’ailleurs que la Maison Impériale du Japon fait parvenir son propre riz afin que le Toji (le maître-brasseur) produise le saké impérial. Mais au-delà de la tradition, le saké Gekkeikan a surtout su se moderniser avec le temps.

En effet, les différents héritiers de Jiemon Okura ont su donner un nouveau souffle à la brasserie et ainsi la faire évoluer, car selon des légendes, le saké est produit depuis le VIIème siècle ! Si le respect du savoir-faire est valorisé, la fabrication du saké n’a pas échappé à l’industrialisation. Tsunekichi Okura est celui qui bouleversera la fabrication du saké sans toutefois en altérer la qualité. Il ouvre ainsi en 1909 un laboratoire de recherches scientifiques autour du saké pour ce faire. Il permet ainsi la vente de bouteilles de saké mais surtout permet la fabrication de ce breuvage alcoolisé sans ajout d’agent antiputride, car lors de la fabrication du saké et afin de ce faire, le riz fermente tout en étant constamment mélangé favorisant l’apparition de bactéries qui permettent l’alcoolisation. Et si la brasserie a désormais déménagé un peu plus loin, celle d’origine est toujours là afin de vous montrer tout cet art que représente la fabrication traditionnelle de cet alcool si populaire auprès des japonais.

N’hésitez donc pas à visiter ce musée si vous vous rendez à Kyoto, la plupart des cartels sont traduits en anglais afin d’en faciliter la compréhension. Et si vous ne pouvez vous rendre au Japon, vous pouvez goûter le saké Gekkeikan en France grâce au distributeur Kyoko. Mais n’oubliez pas non plus le Salon du saké puisque vous pourrez y trouver Gekkeikan.

Musée du saké Gekkeikan Okura : 247 Minamihama-cho, Fushimi-ku, Kyoto 612-8660

Salon du saké : le 31 octobre et le 1er novembre 2015 au Centre des congrès CAP 15, 1-13 quai de Grenelle 75015 Paris

Galeries photos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.