DAIDO MORIYAMA, de retour à Paris avec des photos inédites

Pas de commentaire

Après avoir exposé des œuvres du photographe en 2003, la Fondation Cartier réitère son coup avec cette fois une série de photographies inédites pour l’exposition  » DAIDO TOKYO  » et surtout des photographies en couleur.

Né en 1938 à Osaka, Daido MORIYAMA se passionne très vite pour Tokyo, en particulier le quartier de Shinjuku et en fait un de ses sujets de prédilections, y déménageant pour débuter sa carrière de photographe. Aujourd’hui il est un des plus grands photographes du pays, ayant été le témoin du changement du Japon depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Privilégiant la photographie en noir et blanc, estimant qu’elle est plus intime, elle « exprime [son] monde intérieur, les émotions et les sensations quand [il] marche sans but dans les rues de Tokyo ou d’autres villes. », puisque Daido MORYIAMA, avec sa vision pessimiste du monde, n’hésite pas à saisir de façon crue les instants de la vie et ce qui anime la ville, mettant en avant les constructions modernes qui défigurent l’urbanisme : grillages, gouttières ou encore installations électriques sans négliger ceux qui y habitent. Il dévoile ainsi une vision chaotique de la société japonaise dans un premier temps mais aussi du monde à travers une installation particulière de ces images. En effet, le photographe préfère publier des livres que d’exposer ses œuvres, préférant associer plusieurs images entre elles. Cela a été respecté pour cette exposition « DAIDO TOKYO », puisque les photographies du maître sont regroupées par série de 3 ou 4 photographies, offrant une autre lecture des œuvres que si elles avaient vues indépendamment les unes des autres. Il en est de même avec la série inédite « Dog and Mesh Tights », projetée sur 4 écrans géants disposés côte à côte sur lesquels défilent en diaporama ses photographies. Une série, où on ressent l’influence d’autres grands photographes, certaines d’entre elles nous rappelant d’une certaine manière « Simone + Nina », ou la série d’images prises du voyage à Tokyo de William KLEIN.

Des influences multiples car outre KLEIN, Daido MORIYAMA est inspiré par Andy WARHOL ou encore Shomei TOMATSU. Ce dernier est photographe autodidacte, rendu célèbre pour sa série « Chewing Gum and Chocolate » ou encore pour sa série de portraits des hibakusha de Nagasaki, et a fondé l’agence Vivo.

« Hibakusha Tsuyo Katoka », Shomei TOMATSU, Nagasaki, 1961

Daido MORIYAMA travaille auprès du photographe, rejoignant l’agence, mais celle-ci est amenée à être dissoute peu de temps après. Cependant, il assiste le photographe Eikoh HOSOE sur le livre « Ordeal by Roses » (1961), avant d’être indépendant. Il participe ensuite à quelques revues du collectif Provoke, un mouvement intellectuel destiné à bousculer le langage de la photographie. Mais attention, Daido MORIYAMA n’est pas un artiste politique. S’il nous offre des images chaotiques du Japon, ce n’est pas pour revendiquer quoique ce soit. Non, c’est uniquement pour nous montrer, nous spectateurs, ce que lui voit, comme n’importe quel individu pourrait voir, ou comme un chien errant, ce dont il se compare souvent, pourrait voir. Mais le point d’orgue de « DAIDO TOKYO » c’est surtout que pour la première fois, ses photographies en couleur sont exposées à Paris. En effet, l’artiste s’y est véritablement mis depuis l’apparition de l’appareil photo numérique au début des années 2000, estimant que la couleur permettait d’ « exprimer ce qu’ [il] rencontre, sans aucun filtre », et de refléter pour lui la réalité. La photographie en couleur est alors plus brutale, elle le représente, lui face au monde réel. Cependant, il ne favorise la couleur que lorsqu’une domine l’espace car il lui arrive souvent de convertir la photographie en couleur, en noir et blanc, signifiant alors qu’il préfère de loin son monde intérieur ?

Exposition « DAIDO TOKYO » à la Fondation Cartier, 261 boulevard Raspail 75014 Paris. Du 6 février au 5 juin 2016. Ouvert tous les jours sauf les lundis.

Photo : Libération et Blackcat Japan FM pour les œuvres de l’exposition/©Daido Moriyama.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.