Nadagogo: du Salon du Saké au bar du Bristol!

Pas de commentaire
Verre de dégustation de saké de Nadagogô au Bristol ©TokyoatParis 

Parmi les nombreux sakés présentés au Salon du Saké 2019, il y avait ceux de Nadagogo, dans le Hyôgo. Si le salon s’est terminé lundi, le Bar du Bristol propose de poursuivre la dégustation à travers un cocktail inédit entre les 10, 11 et 12 octobre 2019.

image
Kenbishi, la plus ancienne marque de saké du Japon, dont le président se présente régulièrement aux évènements de promotion coiffé de ce casque. ©TokyoatParis

Nadagogô est une région de producteurs de sakés située dans le Hyôgo. Concrètement, Nadagogô signifie en français « les cinq villages de Nada » ! A l’occasion d’un séminaire au Salon du Saké, ce lundi 7 octobre, nous avons eu la possibilité d’en apprendre davantage sur cette région et son saké grâce à une présentation de Masataka SHIRAKASHI, président de Kenbishi. Ce saké je le connaissais car Kenbishi était déjà présent l’an dernier au Salon du Saké, proposant une dégustation froide ou chaude de son saké, mais je connaissais aussi le saké de cette sakagura car il a pour réputation d’être un des meilleurs saké du Japon ! Cette année, Kenbishi est venu au Salon du Saké avec trois références sur le stand, des sakés maturés : Mizuho Kuromatsu, Zuisho Kuromatsu et Kuromatsu, tous disponibles à la vente en France. Durant la conférence, j’ai compris pourquoi Kenbishi est considéré comme l’un des meilleurs producteurs de sakés : c’est parce que c’est la plus vieille marque de saké fondée en 1505 ! Depuis lors, Kenbishi maintient les traditions, laissant la mode se faire et se défaire, privilégiant ainsi le goût authentique d’antan.

image
Mizuho Kuromatsu de Kenbishi ©TokyoatParis
image
Associé avec une brandade de morue ©TokyoatParis

Le saké de Nadagogô possède des particularités grâce à l’utilisation d’ingrédients locaux, comme le riz Yamada Nishiki produit à proximité de Nadagogô et l’eau locale issue du Mont Rokko (Miyamizu), dont la qualité est favorisée par les conditions géographiques et climatiques de la région, et enfin, la production dans la région avec le savoir-faire local. Depuis l’an dernier, leurs productions de saké sont protégées, s’ils remplissent les conditions nommées ci-dessus, par une appellation IGP ou Indication géographique protégée. Après la présentation de Masataka SHIRAKASHI, les participants pouvaient déguster des sakés en accord avec des mets préparés par le chef étoilé originaire de Kobé  Takayuki NAMEURA du restaurant Montée à Paris. Le Mizuho Kuromatsu de Kenbishi (vieilli de 2 à 8 ans) nous est servi en premier avec  une brandade de morue, dont le goût fumé s’associe à merveille avec ce saké maturé.

image
Junmai Daiginjo d’Hakutsuru ©TokyoatParis
image
Associé avec le tartare de boeuf et d’huitres. Au premier plan le sushi de boeuf qui s’accordait avec le saké ci-dessous ©TokyoatParis
image
Le Junmai Daiginjo d’Ozeki ©TokyoatParis

Ensuite, on nous a apporté une assiette contenant un tartare de boeuf et d’huitres et un sushi de boeuf  (non pas sur du riz mais une purée de pommes de terre !) orné d’une tranche de truffe, tous deux délicieux. Le tartare était à déguster avec le saké Junmai Daiginjo de chez Hakutsuru, et le second plat avec un Junmai Daiginjo Judan Jikomi de chez Ozeki. Les deux derniers sakés avaient beau être deux Junmai Daiginjo, celui de chez Ozeki avait ma préférence. Pourtant, le dernier avait une teneur en alcool plus important (16,3% contre 15,3% pour le premier), mais en bouche il me paraissait plus léger en alcool, avec un goût plus agréable au palais. Il est probable aussi que ce soient les huitres, dont je ne raffole vraiment pas en temps normal, qui m’ont empêchée de profiter pleinement du Hakutsuru ?

image
Les sakés dégustés au bar du Bristol. La première bouteille, blanche, est le Junmai Daiginjo utilisé dans le cocktail ©TokyoatParis.

La journée de dégustation ne s’est pas arrêtée au Salon du Saké, se poursuivant un peu plus loin, à l’hôtel le Bristol. Nadagogô a fait le choix d’organiser un autre évènement en marge du salon dans ce bel établissement parisien. A compter du jeudi 10 octobre et jusqu’au 12 octobre 2019, soit pendant trois jours,les clients du bar pourront déguster un cocktail inédit à base de saké ! Un délicieux cocktail que nous avons pu goûter en avant-première réalisé avec le Junmai Daiginjo de chez Hakutsuru, du bitters pêche de vigne, du Lillet blanc et un sirop maison miel et fenouil, à déguster exceptionnellement au Bar du Bristol du 10 au 12 octobre 2019, pour 28€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.