Quelques spécialités de Nara @ Paris !

Pas de commentaire
©TokyoatParis

Tokyo @ Paris a eu la chance d’assister en début de semaine à un séminaire de dégustation de spécialités culinaires de Nara, réservé aux professionnels et à la presse. Petit florilège des produits stars du département de Nara, connu également pour être « le berceau du Japon ».

image
Le Kongo Rikishi Ungyo du Kofuku-ji de Nara était venu exceptionnellement jusqu’en France au musée Guimet ©TokyoatParis

« Nara est le Japon », c’est une phrase entendue durant ce séminaire et qui est justifiée par le fait que Nara est la première capitale bâtie du Japon, il y a plus de 1 300 ans. On avait déjà eu en France un aperçu de la splendeur historique de Nara, à travers le Kasuga Wakamiya On Matsuri durant Japonismes 2018, ou l’exposition des Trésors de Nara au musée Guimet également pendant Japonismes 2018 ! Il est donc peu surprenant que cette région compte plusieurs sites de l’ancienne Nara inscrits au Patrimoine mondial de l’Humanité de l’UNESCO, sans oublier 1 324 Trésors Nationaux et biens culturels importants recensés, ce qui met ce département en 3ème position sur les 47 départements que compte le Japon. Il y a également ses célèbres cerfs qui se baladent dans le parc, point très attractif pour les touristes, mais n’oubliez pas que malgré leurs têtes toutes mignonnes, ça reste des animaux sauvages en liberté. Par conséquent, évitez de trop interagir avec eux en les nourrissant par exemple, sauf avec des crackers spéciaux vendus dans le parc, et surtout évitez de jouer avec eux, voire même de les caresser surtout les daims.

image
Chaussettes Guts-Man, idéales pour courir ©TokyoatParis

Au-delà de son patrimoine historique, Nara c’est aussi la première région japonaise exportatrice de chaussettes ! Ma cousine, qui était en France en visite il y a quelques jours, avait rapporté en omiyage une paire simple à mon mari qui semblait de très bonne qualité. Elle nous l’avait présenté comme une des spécialités de Nara. Effectivement,  c’est bel et bien une des spécialités ! Une des marques les plus connues est certainement Guts-Man. Il faut dire que ces chaussettes se démarquent des autres car ce sont des chaussettes à 5 orteils. Elles sont fabriquées depuis 90 ans et sont aujourd’hui très prisées des Forces d’Auto-défense japonaises. Il faut dire aussi qu’elles sont solides mais sont aussi antidérapantes. Les participants au séminaire étant repartis avec des cadeaux, dont une paire de ces chaussettes, c’est mon binôme qui les a donc testées. Il se prépare aux 20 Km de Paris, c’est une bonne occasion ! Et après un essai, le résultat s’avère positif. Le pied ne bouge pas dans la chaussure. Or ces chaussettes sont idéales pour la course ou pour d’autres sports comme le yoga.

Nara s’est aussi spécialisée dans la confection de savons végan ! Chez Yamato Cosmetic, un savon a été réalisé à base de polygale (aux vertus antioxydantes) et d’huile de colza fabriquée à Nara. Le savon ne contient rien d’origine animale et le plastique est banni de l’emballage. Il y a bien sûr d’autres produits comme les fouets pour le thé, et tous ces produits sont vendus actuellement à la librairie Junku (rue des Pyramides Paris 1) jusqu’au 12 octobre et à la Mouette Rieuse (rue des Pavées Paris 4) jusqu’à fin décembre.

image
Narazuke, une spécialité de Nara ©TokyoatParis

Intéressons-nous maintenant aux produits culinaires de Nara. Certains sont en vente dans des épiceries spécialisées à Paris, peut-être plus largement en France. Pour résumer, disons que le kaki, la prune, la sauce soja et les produits à base de lie de saké font partie des spécialités de la région. Par exemple la sauce à base de lie de saké et de sauce soja. Cette sauce est parfois agrémentée d’anchois pour donner le goût d’un bagna cauda, une sauce provençale au goût proche de l’anchoïade, et cette sauce agrémente parfaitement les crudités et pourrait même être utilisée en salade, comme une vinaigrette. Nara produit également une sauce soja chez JAS Horyuji Shoyu 100% organique, délicieuse en bouillon, elle existe en version appauvrie en sodium, idéal pour celles et ceux qui doivent suivre un régime sans sel. Autre belle découverte, le Narazuke soit les légumes ou fruits confits dans la lie de saké. Durant le séminaire, nous avions droit à plusieurs sortes de Narazuke : un melon confit dans la lie de saké, assez surprenant en bouche mais manquant peut-être d’un peu plus de saveur. On a pu également goûter un fromage à la crème Narazuke comme un fromage à la crème Tamarizuke (avec de la sauce Tamari) et tous deux étaient très bons, un peu comme un fromage crémeux. Il faudrait que je goûte de plus gros morceaux pour vraiment me faire une idée !

image
Le Koto no Awa en entrée plus pour accompagner les crudités et le saumon cru, des sauces de lie de saké au soja et la sauce de lie de saké au soja goût bagna cauda ©TokyoatParis

Bien sûr, on ne saurait parler gastronomie sans nihonshu ! Au Salon du Saké ce week-end, les visiteurs pourront déguster quelques sakés de Nara grâce à la présence des producteurs de Yoshino comme KITAMURA Syuzo, KITAOKA HONTEN et MIYOSHINO SAKE BREWERY. Lors du séminaire sur Nara, nous avions dégusté d’autres producteurs comme un Goshin Daiginjyo de chez Gojo Shuzou mais bien que les Junmai Daiginjyo aient ma préférence en temps normal, je n’étais pas particulièrement touchée par ce saké. Peut-être seront-ils également présents au Salon du Saké pour que vous vous fassiez votre propre idée ? Je l’ignore. D’un autre côté, nous avons pu goûter un saké maturé de 4 ans, Tanzan Kijoshu de chez Nishiuchishuzo, qui était délicieux. Parmi les boissons totalement inédites, on a pu goûter un vin pétillant de fraise, Koto no Awa de chez Izumiya Beverage Dealer. Très bon, mais attention à l’excès malgré les 11% de degrés d’alcool ! Si le saké ne donne pas mal au crâne le lendemain quelque soit la quantité bue (enfin à condition de rester un minimum raisonnable, je rappelle donc que l’alcool se consomme avec modération et est interdit aux mineurs), je ne suis pas sûre que le Koto no Awa ne mène pas à la bonne gueule de bois si bu en grande quantité. Cela dit, cette boisson alcoolisée est idéale pour remplacer un champagne ou un vin pétillant en apéritif ou pour accompagner un dessert. Le goût est bien sucré mais temporisé par une légère amertume. Je ne pense pas que le Koto no Awa soit déjà commercialisé en France, mais s’il l’est un jour et qu’il est vendu à un prix raisonnable, pourquoi pas !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.