Le ryokan Otaru Kourakuen à Otaru, Hokkaido

Pas de commentaire

Au cours de notre dernier voyage au Japon, en février 2020, nous nous étions rendus à Hokkaido pour le Yuki matsuri de Sapporo. Nous en avons profité ensuite pour découvrir Otaru, à quelques minutes en train, et nous relaxer dans un ryokan avec onsen, catégorisé sur internet comme un hôtel trois étoiles.

C’est par hasard que nous nous sommes trouvés à Otaru ! En fait, nous cherchions une destination à Hokkaido où nous pouvions trouver un ryokan proposant des chambres avec rotenburo. Comme à chacun de nos voyages, nous cherchons à faire une pause loin de l’agitation des villes, le temps de deux nuits. Une parenthèse nous permettant de nous détendre et profiter de ces merveilleuses sources thermales naturelles, nombreuses dans le pays. Et comme il y’en a plein à travers le pays, c’est également un excellent moyen de visiter une nouvelle région tout en bénéficiant des bienfaits d’une cure thermale !

Des onsen, il en existe plusieurs dans le nord du Japon donc nous avions l’embarras du choix. Il y a Niseko, connue aussi pour ses pistes skiables et où une chaîne hôtelière de luxe renommée a récemment inauguré un établissement. Il y a aussi Noboribetsu ou encore le lac Akan, à proximité d’un village-réserve Aïnou. Pour des raisons pratiques, nous avons opté pour Otaru, située à moins de ¾ d’heure en train de la station JR de Sapporo. Les circonstances ont fait que nous n’avons finalement pas pris le train comme prévu, ayant eu la chance d’être transportés en voiture pour nous rendre à notre ryokan, ce qui nous a permis de faire un crochet à Yoichi pour visiter la distillerie Nikka. Notre guide, en fait un propriétaire de bar à Sapporo et également représentant du saké de Hokkaido, nous apprend qu’Otaru Kourakuen est un des plus anciens ryokan et des plus luxueux de la ville !  D’ailleurs, si l’établissement porte le nom de Kourakuen, c’est parce que c’est le nom de la source de onsen qui se trouve sur leur domaine.

Vue depuis notre chambre sur l’entrée et le jardin du ryokan ©Japan Exclusive
Le lounge ©Japan Exclusive

Sur place, avant que l’équipe d’Otaru Kourakuen vous accueille à la sortie de la voiture et récupère tous vos bagages, on découvre un ryokan planté dans un immense jardin de plus de 26 000 m². Les clients peuvent bien sûr y déambuler à leur guise. Dans cet établissement, il y a une large entrée pour retirer vos chaussures et les troquer contre des geta. Vous ne marcherez qu’avec ces chaussures traditionnelles dans tout l’intérieur du ryokan. Comme toujours dans les hôtels traditionnels japonais que nous avons fréquentés, le client n’attend pas debout au comptoir mais dans le lounge où vous pouvez vous assoir en dégustant le thé qui vous est apporté et en attendant qu’on vienne vous voir avec toutes les formalités à remplir. Dans ce même lieu, vous trouvez en libre-service durant la journée des boissons chaudes et froides. Une fois l’administratif terminé, on nous mène ensuite à notre chambre, à l’étage supérieur, celle que nous avions choisie étant une maisonnette sur deux étages. Notez que lorsque nous réservons dans un hôtel exploitant un onsen, nous avons une exigence pour des raisons personnelles : celle d’avoir un rotenburo ou onsen extérieur privé en chambre. Cela signifie que l’établissement propose également des chambres sans rotenburo, et si vous souhaitez profiter du onsen, sachez qu’il existe deux onsens publics intérieurs et extérieurs, qui alternent leur accès aux hommes et aux femmes selon les horaires. Otaru Kourakuen donne aussi la possibilité aux clients de l’hôtel de réserver un onsen privatif pour 2 000 yens par tranche de 45 minutes.

La pièce principale de notre maisonnette ©Japan Exclusive
Qui accueille les futon pour dormir ©Japan Exclusive

On découvre notre chambre, une maisonnette d’une surface faisant 50 à 60 m² au total, et la pièce principale se trouve au 1er niveau. Nous avions délibérément choisi une chambre de style japonaise, c’est-à-dire avec des futon pour le couchage, afin de profiter pleinement d’un lifestyle à la japonaise. Ayant choisi l’option petit déjeuner et dîner inclus, c’est là dans notre chambre que nous a été servi nos deux dîners. Des repas pour lesquels nous avions fait transmettre un message avant notre arrivée pour mentionner nos allergies et intolérances alimentaires, ce qui n’est pas simple quand chacun a des intolérances différentes mais cela a été respecté le mieux possible par le chef ! Autant vous dire un exercice peu simple surtout lorsqu’il s’agit de repas kaiseki, en plus de dix mets. Cela justifie un peu plus l’envie d’un véritable break lorsqu’on se rend dans un établissement de ce type. On y mange très très bien, et cela peut même sembler gargantuesque mais il ne s’agit pas d’une course, donc prenez votre temps et profitez de chacun de ces mets raffinés. Retenez que lorsque vous choisissez un forfait chambre + repas inclus, il s’agit quasiment systématiquement du dîner et notez que les boissons ne sont pas incluses dans le tarif. Quant au petit déjeuner (très consistant lui aussi, surtout quand vous avez l’habitude de n’engloutir qu’un café le matin !), il est servi dans le restaurant, au rez-de-chaussée.

Depuis le rez-de-chaussée, vous passez dans un couloir avant d’accéder au restaurant pour le petit déjeuner ©Japan Exclusive
Produits pour les femmes dans la chambre ©Japan Exclusive
Et aussi des produits pour hommes ©Japan Exclusive

Revenons à notre chambre et à la pièce principale, c’est également là que l’on trouve des yukata à porter à l’intérieur de l’établissement, et c’est dans cette pièce principale que le personnel du ryokan dispose les futon pour que nous puissions dormir. Juste avant cette pièce, se trouvent les toilettes et un grand lavabo avec le nécessaire pour la toilette, notamment des produits de la marque japonaise Pola.

©Japan Exclusive
©Japan Exclusive
Le trésor de cette chambre, le rotenburo! ©Japan Exclusive

Il y a également des escaliers pour monter au 2ème étage où se trouvent un couloir avec un canapé, une cabine de douche et la terrasse sur laquelle trône un magnifique rotenburo en pierre.  Arrivés à au Japon en février, en plein hiver, nous étions déçus à notre arrivée à Sapporo de ne pas voir de neige. En fait, celle-ci est tombée en grande quantité le jour de notre arrivée à Sapporo, en pleine visite d’une première partie du Yuki matsuri. Et elle nous a suivi à Otaru. Quelle était notre joie de voir tomber la neige sur notre rotenburo ! Bien sûr pour les clients qui souhaitent expérimenter le onsen à à la manière traditionnelle, il y a sur place deux espaces de bains publics comportant chacun des onsen en intérieur et en extérieur avec des rotations horaires pour accueillir les femmes et les hommes à des heures différentes. Il se trouve également un onsen privatisable sur réservation pour 2 000 yens pour 45 minutes. Kourakuen onsen est une source d’eau chaude plus alcaline que la norme, au pH de 8,7, qui serait bénéfique pour avoir une peau douce – à ce sujet, nous n’avons pas testé suffisamment de onsen pour l’attester, mais on peut vous confirmer que oui, nous avons eu la peau très douce ensuite.

A Otaru, le chocolatier local LeTAO mérite qu’on s’arrête quelques minutes dans sa boutique ©Japan Exclusive
A 30 min en voiture, la distillerie Nikka est ouverte aux visiteurs dans la partie musée et boutique ©Japan Exclusive
La sakagura Tanaka Shuzo est quant à elle dans Otaru ©Japan Exclusive

En restant deux nuits sur place, nous avons pu prendre le temps de nous reposer mais aussi de découvrir Otaru. Pour cela, soit vous avez déjà une voiture de location, soit vous prenez le bus qui mène vers la station JR Otaru, soit vous demandez un taxi au lobby. C’est ce que nous avons fait pour nous rendre à Otaru, le trajet coûtant environ 2 000 yens. Otaru est une charmante petite ville portuaire, qui a vu de nombreuses banques ouvrir au cours du XIXème siècle puis être abandonnées et dont les bâtiments de style occidental sont restés ! Nous avons découvert la rue commerçante de la ville, Sakaimachi dori street. S’il y a toutes sortes de commerces, il y a également plusieurs artisans comme des fabricants de boites à musique ou des souffleurs de verre. Il y a évidemment la gastronomie locale comme les crabes ou la chocolaterie LeTAO, où nous avons goûté à un surprenant mais néanmoins délicieux chocolat au roquefort. A Otaru, vous pouvez également visiter une maison de saké, sakagura, la seule locale qui est restée ouverte : Tanaka Shuzo. Le soir, profitez d’une ballade en amoureux sur le canal d’Otaru. Pendant dix jours en février, c’est le festival de la neige et de la lumière d’Otaru et ainsi le canal s’illumine, orné de sculptures de neige. En restant à Otaru Kourakuen, vous pouvez également visiter Asarigawa, sachant qu’il ne s’agit pas uniquement d’une station thermale mais aussi une station de ski. Il y a donc également la ville de Yoichi à visiter avec la célèbre distillerie de whisky Nikka, située à 30 environ d’Otaru !

Otaru Kourakuen est un bel établissement, dans lequel nous avons vécu une très belle expérience, d’autant plus grâce à la neige. Depuis ce ryokan, il est à la fois possible de profiter de la nature comme de faire des visites culturelles. On vous recommande vraiment de réserver pour au moins 2 nuits, histoire d’avoir le temps de visiter les alentours comme de véritablement profiter des bienfaits des onsen.

  • Otaru Kourakuen :〒047-0152, 5 chome 18-2 Shinko, Otaru, Hokkaido. De 16 000 à 33 000 yens par nuit et par personne (petit déjeuner et dîner inclus). 10min en taxi depuis la station de train JR Otaru-chikko ou à 15min depuis la station de train JR Otaru.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.