Jinsei TSUJI a ouvert la programmation spectacle à la MCJP !

Pas de commentaire

C’était le 17 septembre dernier, le premier concert de cette rentrée à faire vibrer la scène de la Maison de la Culture du Japon à Paris ! Malgré l’obligation du pass sanitaire, la billetterie affichait complet et ce fut un spectacle revigorant qui a été offert au public.

Après de longs mois contraignant l’espace culturel, comme tout le secteur culturel en France, à fermer ses portes au public, la MCJP a donné carte blanche à Jinsei TSUJI pour le premier spectacle de cette rentrée de septembre 2021 ! Certains d’entre vous reconnaissent peut-être son nom, car Jinsei TSUJI avait déjà donné un concert là-bas en 2018, et il avait également donné un concert caritatif pour soutenir Notre-Dame de Paris en 2019 après l’incendie qui l’avait ravagée. D’autres le connaissent peut-être en tant que réalisateur, mais probablement surtout sous le nom de plume Hitonari TSUJI ! Auteur et poète, il a publié un certain nombre de livres dont certains ont été traduits en français. Il avait notamment été récompensé du prix Akutagawa en 1996 pour son livre La lumière du détroit et du prix Fémina étranger en 1999 pour Le Bouddha Blanc.

Avec l’aimable autorisation de © Maison de la culture du Japon à Paris/ Hiroyuki Sawada

Artiste aux multiples facettes, Jinsei TSUJI est également musicien et là encore il ne s’arrête pas à un registre. Chanteur de rock avec le groupe ECHOES dans les années 80, il crée ensuite ZAMZA, puis se produit en solo entouré de ses musiciens. Pour son Matsuri, il s’est produit sur scène avec des musiciens avec lesquels il joue régulièrement, le pianiste français Eric MONTIGNY, le percussionniste brésilien Jorge BEZERRA et le violoniste italien Mario FORTE, offrant une performance musicale éclectique avec une véritable présence scénique revisitant des titres comme Summertime, Sous le ciel de Paris – Padam ou encore La Vie en Rose ! Chantant alors en anglais ou en français, il a également interprété en japonais Le plafond de verre (Garasu no tenjô ou ガラスの天井) ou encore L’enfant de la lumière (Hikari no kodomo ou 光の子供).

Avant d’interpréter ces titres avec ses musiciens, il a ouvert le spectacle par le 1er mouvement de son titre Matsuri à la guitare accompagné de la danseuse Akane TAKASUGI. Après un court entracte, Jinsei TSUJI a laissé la scène à PARIS TAIKO ENSEMBLE, un groupe français pratiquant le wadaiko et qui ont également fait vibrer la salle par leur interprétation. Pour l’occasion, l’énorme taïko exposé habituellement au niveau -3 de la MCJP était utilisé ! Ensuite, ce fut au tour de la comédienne Yumi NARITA de monter sur scène pour une lecture d’un extrait du roman de Jinsei TSUJI, Le Bouddha Blanc, sur un fond musical de la DJ japonaise basée en France, TIGARAH. Le spectacle s’achève finalement sur un Soran Bushi version modernisée en présence de Jinsei TSUJI, de ses musiciens et de PARIS TAIKO ENSEMBLE, de quoi conclure la soirée Matsuri en beauté. Le Soran Bushi c’est un chant min.yô soit un chant folklorique traditionnel, apparu durant l’époque Edo par des pêcheurs célébrant les pêches abondantes de hareng dans le nord du pays !

Avec l’aimable autorisation de © Maison de la culture du Japon à Paris/ Hiroyuki Sawada

Cette carte blanche a été un brillant spectacle introduisant parfaitement le retour (à la normale ?) des spectacles dans l’institution, et portait bien son nom de Matsuri autour de la musique ! Si initialement les matsuri sont des fêtes pour honorer des divinités avant de devenir de grands rassemblements populaires festifs, c’était le souhait de Jinsei TSUJI que de proposer une grande fête japonaise autour de la musique. Japonais mais vivant en France depuis 19 ans, il a proposé par ce spectacle un pont culturel entre la France et le Japon grâce à des artistes français comme japonais vivant à Paris. Une manière d’oublier, l’espace de 2 heures, que la pandémie est toujours présente et qu’il est très compliqué voire impossible de voyager vers le Japon. Peut-être même alors que ce Matsuri était une prière pour que cette crise sanitaire soit enfin derrière nous ?

Prochains spectacles à la MCJP, sur réservation :

  • Portrait d’Ichiro NODAIRA, jeudi 23 septembre 2021 à 20h.
  • Autour de la musique japonaise d’aujourd’hui/n°5, avec Katsura CreaSion (shakuhachi), Harugin SAWADA (shamisen) et Marie KOBAYASHI (Mezzo-soprano), vendredi 1er octobre 2021 à 18h30.
  • Drumming de Steve REICH – Kuniko KATO, le vendredi 22 octobre 2021 à 20h et le samedi 23 octobre 2021 à 16h.

Photo principale : avec l’aimable autorisation de © Maison de la culture du Japon à Paris/ Hiroyuki Sawada

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.