Machico MAEUCHI nous présente Salon de Royal au Salon du Chocolat 2019

Pas de commentaire
Madame Maeuchi sur le stand de Salon de Royal au Salon du Chocolat ©TokyoatParis

La 25ème édition du Salon du Chocolat s’est terminée ce dimanche. Nous y avons rencontré Machico MAEUCHI, à la tête de Salon de Royal Kyoto, une des plus anciennes chocolateries japonaises. En dehors du salon, hélas, leurs chocolats sont à déguster uniquement au Japon ou à Singapour, et peut-être un jour à Paris ?

Fondé en 1935 par Jituji MAEUCHI, Salon de Royal est un des premiers chocolatiers du Japon. L’introduction du chocolat s’est opérée tardivement dans ce pays, grâce à l’Ouverture du Japon durant la seconde moitié du XIXème siècle. Le premier chocolatier japonais a ouvert ainsi en 1916. Mais c’est surtout après la Seconde guerre mondiale que la consommation de chocolat s’est généralisée. Aujourd’hui, le chocolat fait partie de la culture des Japonais, comme en attestent par exemple les différents chocolats offerts aux amis, aux collègues ou à l’élu de son coeur durant la Saint Valentin puis un mois plus tard durant le White Day. Il y a même des chocolats parmi les nombreuses propositions d’omiyage à rapporter de vacances ! Machico MAEUCHI n’a pas connu Jituji MAEUCHI, étant de la 3ème génération à lui succéder. Elle nous raconte cependant comme son aïeul s’est lancé dans le chocolat. Il a ainsi voyagé jusqu’en France pour tout apprendre sur sa fabrication. Visitant la région de la Loire, et appréciant la qualité des chocolats français, il a alors monté sa chocolaterie appelée Loire. La seconde génération s’est séparée, avec d’un côté un successeur montant Salon de Royal à Kyôto et d’un autre côté un successeur à Loire – à ce sujet Machico MAEUCHI nous explique que cette marque est devenue Mon Loire et existe toujours aujourd’hui avec une soixantaine de boutiques au Japon, particulièrement dans l’ouest du pays. Quant à Salon de Royal, la principale boutique se situe à Kyôto mais il s’en trouve d’autres dans la ville et dans le pays.

image
Les chocolats Salon de Royal ne sont pas que bons, un attachement particulier est donné à l’emballage ©TokyoatParis

On peut trouver Salon de Royal également à Ôsaka, Tôkyô et à Sendai. Finalement, Salon de Royal se fait connaître à l’étranger sous la présidence de Machico MAEUCHI car c’est elle qui décide d’ouvrir une boutique à Singapour en 2017. Longtemps, Salon de Royal ne se trouvait qu’au Japon considérant la boutique de Kyôto comme une vitrine pour attirer la population, l’ancienne capitale impériale étant de son côté une ville emblématique pour les touristes comme pour les Japonais sur un plan culturel et traditionnel. L’ouverture de la boutique à Singapour était motivée par une volonté de faire connaître cette culture traditionnelle et les chocolats de Salon de Royal à l’étranger. C’est aussi grâce à Machico MAEUCHI que se décide la participation annuelle de Salon de Royal au Salon du Chocolat depuis trois ans. Elle décrit le salon comme un évènement très important aux yeux des Japonais et un rêve pour tous les chocolatiers, et désirait également que les chocolatiers de Salon de Royal apprennent au contact d’autres exposants au Salon du Chocolat. Néanmoins, la présidente de la chocolaterie nous précise que Salon de Royal est connu par les organisateurs du Salon du Chocolat  bien avant leur arrivée en tant qu’exposant,  puisque depuis la marque représente à plusieurs reprises le Japon au World Chocolate Award. Depuis leur première participation à la compétition, Salon de Royal a été récompensé par plusieurs prix, comme le prix de l’Excellence en 2018 ! Et si l’un des évènements les plus célèbres du salon est le défilé de robes en chocolat, jusqu’ici Salon de Royal n’y a jamais participé et cela ne semble pas être un projet. Ce qui ne signifie pas que la chocolaterie n’en a pas les compétences, car sachez que Salon de Royal réalise des chaussures en chocolat notamment pour la Saint Valentin, mais pour les découvrir il faudra vous rendre au Japon ! Et pourquoi pas une boutique à Paris après Singapour ? Machico MAEUCHI n’est pas contre l’idée, au contraire, car il se trouve qu’il y a des propositions et des discussions en ce sens et que peut-être qu’un jour les Français.e.s auront l’occasion de se procurer  leurs chocolats en toutes saisons à Paris et pas uniquement au Salon du Chocolat. Mais ce n’est pas une priorité actuellement.

image
Les noix de pécan enrobées de chocolat sont un des produits phare de Salon de Royal, ici au chocolat matcha ©TokyoatParis
image
D’autres noix de pécan au chocolat présentés au Salon du Chocolat ©TokyoatParis

Le projet le plus important à ce jour pour Salon de Royal c’est Pecan Nuts Projects en collaboration avec la ville de Rikuzentakata, dévastée par le tsunami de 2011 et très médiatisée en raison de son pin miraculé, et deux laboratoires de l’université de Tôkyô. Car l’un des best sellers de Salon de Royal ce sont les noix de pécan au chocolat, à tel point que l’entreprise consomme à elle seule un tiers des importations au Japon de noix de pécan ! Avec Pecan Nuts Projects, l’idée est non seulement d’implanter la culture des noix de pécan dans le pays, mais aussi de revitaliser Rikuzentakata grâce aux plantations de noix de pécan à partir de 2020 et qui seront destinées à la commercialisation. Si l’initiative est belle, vu de l’étranger, elle pourrait effrayer les consommateur.ice.s, la crainte des conséquences de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi planant toujours. Machico MAEUCHI comprend très bien ces inquiétudes mais elle donne plusieurs arguments qui pourront rassurer. Tout d’abord Rikuzentakata est éloignée de Fukushima (à plus de 200 km de la centrale), d’ailleurs la ville ne fait pas partie des six à neuf départements dont la production est sous surveillance. De plus, Machico MAEUCHI rappelle que ce projet étant en collaboration avec des laboratoires, ces derniers effectueront un contrôle stricte des cultures de noix de pécan.

image
Le coffret Musubi  ©TokyoatParis

Cette année, outre les noix de pécan au chocolat, Salon de Royal a présenté au Salon du Chocolat ses dernières créations comme Musubi, un coffret contenant notamment des ganaches au subtil goût de saké 10 ans d’âge ou encore une délicieuse ganache au piment Manganji (un piment de Kyôto) !

Remerciements à Salon de Royal et à Air de Malice pour avoir permis cet entretien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.